© Stany Balland - Collège Lazare de Schwendi • INGERSHEIM - FRANCE 

Menu

Monsieur Musique

Le site des cours d'éducation musicale de Stany Balland

A propos de l'oeuvre :  

 

You're Under Arrest est le dix-septième et dernier album studio2 de Serge Gainsbourg, sorti le 2 novembre 1987. 

 

Il s'agit d'un album-concept consacré aux amours d'un homme d'âge mûr pour une jeune femme prénommée Samantha. Comme pour son précédent album Love on the Beat, le contenu est hautement sexuel, ainsi que le suggèrent les titres des chansons : Five Easy Pisseuses ou encore Suck Baby Suck, évoquant des amours avec de très jeunes filles (des « pisseuses » comme il les surnomme). 

Le titre You're Under Arrest est une référence à l'album homonyme de Miles Davis, sorti deux ans plus tôt. Le titre Five Easy Pisseuses est une référence au film Five Easy Pieces de Bob Rafelson. 

L'album contient en outre une reprise de Mon légionnaire, qui fut interprétée par Marie Dubas en 1936 et reprise par Édith Piaf en 1937, et qui dans la bouche de Serge Gainsbourg prend une connotation homosexuelle (thème déjà abordé dans deux titres de Love on the Beat). 

You're Under Arrest a été certifié disque de platine en France, pour plus de 400 000 exemplaires écoulés. 

 

En 1986, le photographe et réalisateur Jean-Marie Périer écrit et réalise le spot publicitaire « La drogue, c'est de la merde ». Il demande à Serge Gainsbourg d'écrire une chanson sur le sujet, ce que le chanteur accepte. Un sujet que Gainsbourg connaît de près puisque sa dernière compagne, Bambou, avait des problèmes de drogue au début de leur relation. Deux ans avant la naissance de leur fils Lulu en 1986, Gainsbourg demande à Bambou d'arrêter la drogue, car selon la jeune femme dans un entretien accordé aux Inrockuptibles en février 2001, « il connaissait des gens morts d'overdose très jeunes », ajoutant qu'« il ne voulait rien savoir, rien voir, il voulait que j'arrête » et qu'il lui a « demandé de tout arrêter parce qu'il voulait faire la petite Lulu ». 

 

Pour le titre, Gainsbourg s'est souvenu du nom d'un dancing où jouait son père. Comme à son habitude, Serge Gainsbourg s'appuie sur des jeux d'assonances, d'allitérations et de calembours, notamment en profitant de l'homophonie entre l'exhortation « dis-leur » et le terme « dealer », ou encore « et dites » et le prénom « Édith ». 

Au enfants de la chance
Tiré de l'album "You're under arrest"
Serge Gainsbourg

Une écoute par jour...